En 2016, l’ ASKIR a bénéficié d’un projet : Le projet Strenghen, Use, Develop and Augment en abrégé SUDA est une réponse à un besoin de professionnalisation et de renforcement des personnels de soins de réadaptation dans les pays en développement. Le projet SUDA est un partenariat entre Handicap Internationale, la WCPT et Motivation, financé par USAID.

Trois associations de kinésithérapeutes de trois pays d’Afrique francophones sont ciblées par le projet. Il s’agit de l’AKIMA du Mali, l’AKN du Niger et l’ASKIR du Sénégal. Tous ces pays sont dans un contexte post conflictuel.
Dans la plupart de ces pays en développement touchés par des conflits, les kinésithérapeutes sont les principaux acteurs de la Rééducation et de la réadaptation fonctionnelle, mais ne sont pas très outillés pour répondre aux attentes des populations car étant souvent en nombre insuffisant et ne disposant pas d’outils et de moyens adéquats pour accomplir leurs missions.

Malgré l’existence d’associations de kinésithérapeutes dans de nombreux pays en développement le constat est qu’elles n’ont pas les capacités institutionnelles, les ressources et la gouvernance nécessaires pour renforcer le secteur de la réadaptation; leurs activités sont limitées à la défense des droits fondamentaux, et au développement professionnel informel.
C’est à ce titre que pour les permettre de jouer pleinement leurs rôles et de se renforcer, la WCPT et HI leur apportent un appui technique et organisationnel grâce au financement de l’USAID.

Cet appui technique et financier est matérialisé dans un plan d’action annuelle qui trace les objectifs, résultats et actions attendus par l’ASKIR dont les des activités devraient tous être réaliser dans les délais et échéances prédéfinis d’où l’évaluation du projet avec les acquis/résultats relative à la restructuration de l’ASKIR (documents statutaires ), le manuel de procédures administrative, comptable et financier ( ’adhésion , les cotisations obligatoires, et les attentes des comités en place auprès des Kinésithérapeutes de régions, l’importance et l’urgence d’être membre de la WCPT, partager/vulgariser les outils de bonnes pratiques de leadership et bonne gouvernance ( standardisation de la fiche de consultation des patients, les bonnes pratiques cliniques relative aux CPD), dégager leurs attentes sur la prise en charge des patients, et définir avec eux les besoins futurs qui doivent être intégrés dans le plan d’action opérationnel 2018 – 2022.

Laisser un commentaire